Editoriaux mensuels 2009

EDITORIAL  de   MAI 2009

  


Rencontre

avec Georges Frèche à Jacou

Lundi 20 avril 2009.



La Mairie de Jacou organisait le 20 avril 2009 une rencontre entre Georges Frêche (assisté de quelques vice-présidents de l’agglomération) et trois groupes spécifiques de Jacou : les élus du conseil municipal, les chefs d’entreprises de Jacou et les militants socialistes de Jacou (notons que Georges Frêche est toujours exclu du PS). Les deux élus Verts avaient été avisés de venir à 19h précises, mais la réunion avait commencé une heure plus tôt pour les militants socialistes…

L’objet de cette rencontre était de nous convaincre de la pertinence de la politique de très grande agglomération de Montpellier, au sein de laquelle Georges Frêche veut regrouper Nîmes,  Alès, Sète, Béziers, et d’autres villes et communautés d’agglomérations existantes.

Pour lui, le raisonnement est simple. Alors que l’Europe s’enfonce, l’Asie va dominer le monde, et les villes chinoises vont dépasser les 20 millions d’habitants. Il faut donc regrouper nos villes pour affronter le monde, en constituant une mégapole d’un million et demi d’habitants ! En Europe, tout le monde va mal, sauf l’Allemagne et les pays scandinaves. Les Verts peuvent faire observer à Georges Frêche que l’Allemagne a fait le choix d’un développement urbain réparti sur des centaines de villes et qu’elle maintient une tradition bien établie de gestion locale des biens communs (qu’on appelait autrefois les allmend – littéralement les « biens de tous »). Pour sa part, le président de l’agglo préfère les grands outils de centralisation. Il n’hésite pas à distinguer les maires UMP intelligents qui vont dans son sens, et à stigmatiser les “cons” au PS et à l’UMP qui ne seraient pas d’accord avec lui. Au demeurant, la disparition programmée des conseils généraux et des départements serait inéluctable (alors qu’André Vezinhet insiste pour maintenir l’échelon départemental).


La situation à Jacou en 2020. Une urbanisation formidable  mais des transports figés…


Georges Frêche peut être satisfait de l’évolution urbaine à Jacou et dans ces environs immédiats. Après la ZAC de la Draye et les multiples petites opérations complémentaires, les ZAC suivantes se profilent au Crès autour du Lac et à Castelnau autour de Caylus et du terminus du tramway. Comme nous l’avions signalé il y a un an, des milliers d’habitants vont venir s’installer à Jacou et à sa périphérie immédiate. Ce qui nous semble absurde, c’est que le réseau de transport en commun n’est pas revu pour autant. Et à la question posée par les Verts sur la jonction possible entre Jacou et Clapiers pour interconnecter la ligne 2 actuelle et la ligne 4 future, Georges Frêche fait mine de ne pas comprendre en disant que les Clapierrois n’iront pas au centre ville de Montpellier par Jacou ! Il finit par saisir que ce sont les Cressois et les Jacoumards qui ont besoin d’un moyen rapide de transport sur le bassin d’emploi du nord de Montpellier.


Jean-Marcel Castet continue à croire que les Verts sont opposés au tramway et que les riverains de la rue Maingain-tous s’opposeraient aux nuisances du tramway. Quel argument politique ! G. Frêche défend une agglomération énorme, les ZAC vont recevoir des milliers d’habitants d’ici 10 ans et on continue à faire croire que Jacou restera un village. Quand il sera trop tard pour agir, la ville aura toutes les nuisances d’une circulation impossible. La ville, il faut l’imaginer ensemble. Est ce que les promoteurs doivent penser pour tous ? Gouverner, n’est-ce pas prévoir ?


L’eau, enjeu crucial du débat politique.

Dernière question soulevée par les communistes de Jacou. Le retour de l’eau à la gestion publique dans le cadre de l’agglo ? G. Frèche s’amuse à parier. 50% de chance pour le privé. 50% pour le public. Mais selon le président de l’agglo, Véolia a bien joué… et se fait des C. … en or.


Thierry Ruf, conseiller municipal des Verts à Jacou

Revenir au sommaire général../Echo-des-verts-Jacou/Sommaire.html

Pour donner votre avis,

pour toute infos :

jacou.lesverts@orange.fr

EDITORIAL de Juin 2009


(publié dans l’écho de la Mayre n°77)



Les paroles et les actes.



La pollution de l’usine de bitume du Cres, les antennes relais de téléphonie mobile devant l’école maternelle, voici deux exemples de l’action des élus Verts au Conseil Municipal. Se documenter, alerter, demander l’inscription de ces sujets à l’ordre du jour des séances duConseil, amener suffisamment d’arguments pour que les décisions soient prises dans le sens de l’intérêt général, telle a été notre démarche.


Pour sa part, la droite pratique la récupération en séance du Conseil, alors qu’elle ne s’est jamais impliquée dans une action sur le terrain.


La majorité de gauche n’a toujours pas posé les actes correspondant aux engagements de la campagne électorale. L’agence de développement durable semble tombée dans les oubliettes.


La politique environ-nementale n’est pas autre chose que le catalogue des équipements promis par le lotisseur privé de la ZAC de la Draye qui sort de terre. Quant aux 5000 habitants de Jacou, ils ne voient pas de mesures importantes pour leur habitat et leur environnement. La vente de terrains communaux continue, sans respecter les réserves nécessaires à l’avenir et à la qualité de vie.


Le site Web des Verts vient d’être rénové. Consultez-le régulièrement pour suivre l’actualité de notre commune et avoir des informations détaillées sur nos prises de paroles et nos actes. Vous le trouverez avec un moteur de recherche en utilisant les termes « jacou les verts ».


Quelle ville et quelle agglo voulons-nous pour 2020 ?



Thierry Ruf -  Contact : jacou.lesverts@orange.fr




EDITORIAL de Juillet 2009


Les Verts se préparent pour leurs rencontres nationales de Nîmes du 20 au 22 Août 2009.


Ce sera le début d’un travail collectif pour proposer une nouvelle équipe et un programme régional innovant fondé sur l’écologie politique. Nous appelons toutes les bonnes volontés pour rejoindre ce mouvement dans l’esprit d’ Europe-écologie.


Nous vous tiendrons au courant régulièrement sur le site de Jacou des avancées et des implications pour notre groupe de militants, sympathisants et électeurs.


En ce début d’été, alors que nous avons posé des questions depuis un an sur le sens de l’urbanisation de lots communaux vendus à des promoteurs variés, nous constatons avec regret un dérapage inadmissible.


Les inscriptions portées sur les deux maisons en construction au lotissement du vieux chêne, vers le terrain de football n’ont aucun justificatif possible.


Réfléchir au futur de Jacou et de l’agglo, à ce qui pourrait être une nouvelle politique de la ville, c’est indispensable. S’attaquer au bien d’une famille est stupide, malfaisant.


Thierry Ruf

Les Verts

Jacou

EDITORIAL du site

septembre  2009


Aux journées d’été des Verts et d’Europe écologie, à Nimes, les débats ont porté sur toutes les questions de société et d’action possible pour sortir du néolibéralisme que la droite applique avec méticulosité, en minimisant les dégâts ou en voulant les traiter comme des services marchands. Polluez, nous vous ferons payer en plus la dépollution...


La social démocratie est à cours d’idée. Il ne suffit plus de corriger le capitalisme mondial par des mesures sociales de faible envergure. La machine est grippée. Les dirigeants de droite adoptent des positions de plus en plus dures et autoritaires. Ceux de la gauche traditionnelle ne trouvent aucun souffle pour réagir.


Europe-écologie l’affirme franchement. Il faut reprendre tout l’édifice économique et social et transformer l’économie par des investissements massifs et solidaires sur l’environnement, l’énergie, les transports, les ressources non renouvelables ou polluées, l’éducation et la recherche. Cela commence par un nouveau projet pour la région Languedoc Roussillon.


Nous proposons un rassemblement large de tous ceux qui veulent contribuer à une vraie rupture des objectifs, des méthodes politiques et des modèles actuels.


Thierry Ruf

Les Verts - Jacou

EDITORIAL  du site Web

d’octobre  2009


Octobre, mois des contrastes, en attendant la pluie (qui manque à Jacou au début du mois).


Qui a dit que les militants ne se voyaient pas à Jacou ? Pour organiser la votation sur la privatisation de la Poste, des militants d’Attac, du NPA, du parti de gauche et des Verts de Jacou ont préparé une action significative en se mettant d’accord sur la distribution d’un tract puis en préparant le matériel de vote. Samedi 3 octobre, ils ont retrouvé d’autres militants du PC et du PS ou sympathisants et la votation s’est déroulée avec bonne humeur devant la poste (et à Intermarché). Au total 522 personnes ont voté, 507 contre la privatisation, 14 pour.


On s’est félicité pour avoir réussi à mobiliser les jacoumards sur 4 heures de temps.


Quelques jours plus tôt, à Clapiers, se tenait la réunion de concertation sur le plan de déplacement urbain dans l’agglo de Montpellier. Après un exposé assez complet de M. Morales, chargé du dossier, la discussion s’est engagée avec la salle. Un clapierrois est intervenu pour suggérer un maillage du tramway entre Clapiers et Jacou. J’ai pu confirmé que cette question avait du sens et qu’il serait utile de l’étudier dans cette procédure de concertation. Qu’est-il arrivé pour que M. Castet jette au public l’anathème et déclare brutalement que si le tramway devait passer dans Jacou, il ferait détruire ma maison ! Une certaine gène a traversé la salle. Est-ce cela, la vie politique et démocratique ?


Heureusement, on a parlé de bien d’autres sujets comme le vélo électrique qui va changer la donne de nombreux déplacements professionnels, et la transformation de l’aménagement urbain en s’inspirant du modèle de carrefour piétionnier de Chambery. M.Morales paraissait content ! Le vélo électrique, il l’avait essayé le matin même. Et Chambery, il y allait le lendemain même.


Thierry Ruf

Les Verts   Jacou

Editorial d’octobre 2009

(publié dans l’écho de la Mayre n°78)


Contrastes


Quelle satisfaction d’entendre le Maire de Jacou reconnaître le problème environnemental de l’usine de bitume qui pollue l’Est de la commune depuis 40 ans, et ceci en présence des promoteurs de la ZAC lors de la promotion commerciale dite de la « Draye à vélo » ! Position confirmée au conseil municipal le 12 octobre, lors d’une question orale des verts. Dès le 13 octobre, nous avons assisté au conseil municipal du Crès (en auditeur libre) où la question a été également débattue et, pour la première fois, dans le sens du principe de précaution. Après le conseil, nous avons confirmé les positions défendues à Jacou auprès du Maire du Crès : arrêter au plus vite le fonctionnement d’une usine qui n’arrive pas à produire sans dégrader l’atmosphère des quartiers voisins. Le maire du Crès souhaiterait une position écrite, et reconnaît maintenant avoir des doutes sur la dangerosité chimique des émanations de l’usine.


Quelle consternation quand, lors de la réunion de concertation sur le Plan de Déplacement Urbain de l’agglo tenue à Clapiers, le Maire de Jacou réagissait de manière si hostile aux propositions de la salle d’étudier la jonction du tramway entre Jacou et Clapiers, et menaçait de détruire la maison d’un élu Vert pour faire passer la ligne.


Heureusement, les militants des Verts, du NPA, du parti de gauche et d’Attac à Jacou ont bien préparé la votation contre la privatisation de la poste en distribuant 1500 tracts pour toute la gauche ! Là, tout le monde s’est retrouvé. Plus de 500 voix contre la privatisation contre 14 pour.


Thierry Ruf

Jacou.lesverts@orange.fr

EDITORIAL 

de novembre  2009


41 ans de pollution de l’air

(et sans doute aussi de l’eau du Salaison):

vers une résolution définitive

du problème !


Le 2 novembre, étaient conviés en préfecture à Montpellier tous les acteurs impliqués dans la contestation de la pollution de l’usine Asten:


  1. 1.-Le collectif Pollution-Le Crès, bien sur, à l’origine du mouvement et soutenu par les Verts de Jacou et de l’agglo en général.


  1. 1.-L’exploitant industriel SLPA (Asten) aussi, dont les activités ont été ré-encadrées par un nouvel arrêté préfectoral, et qui essaie de s’adapter à un problème considéré comme jusqu’à présent jamais résolu nulle part, la filtration des produits volatiles dégagés par le chauffage du bitume.


  1. 1.-Les services de l’Etat, notamment la DRIRE (reglementation industrielle et risques) et la DDASS (santé publique).


  1. 1.-Les élus étaient aussi conviés, Jean-Pierre Grand, député-maire de Castelnau, M. Lafforgues (conseiller général du canton Castelnau-Le Crès), Le maire du Crès, M. Bonnal, et pour Jacou, Thierry Ruf, représentants les Verts (aucun responsable de la Mairie présent !). Une personne représentait l’agglo.


Très vite, avant même d’aborder les résultats du bureau d’étude sur l’exposition aux risques, le secrétaire de la Préfecture et le député annoncent la couleur : il y a maintenant consensus pour déménager l’usine. SLPA-Asten y ait favorable si on lui propose un site adéquat. C’est bien sur conditionné par l’amélioration du proces de production pour éviter tout dégagement de gaz dangereux et d’odeurs irrespirables.


Nous avons soutenu cette démarche en témoignant des positions du conseil municipal de Jacou (Les Verts ont depuis le début de ce mouvement demandé la re-localisation de l’usine, compte tenu de l’évolution urbaine de Jacou, du Crès et de Castelnau).


Allez voir la page d’information sur l’usine et le collectif pollution-le crès avec le compte rendu détaillé de cette réunion!)



Petit apport au débat actuel sur l’air. Nous avons soulevé le problème de l’eau (un grand silence dans la réunion) puis des affirmations par l’exploitant qu’il n’y a aucun problème pour l’eau de lavage des filtres reprise et traitée par une société spécialisée. Quant aux pluies, elles ne poseraient pas de problème ! L’installation est-elle conforme aux textes en vigueur ? J’ai un doute, puisque tout le ruissellement de l’usine  passe directement dans la rivière du Salaison...


Il faudra certainement revenir sur cette affaire et voir ce qui se passe le long du salaison et des affluents... Il n’y a pas qu’Asten qui pollue ! Nous tous, le faisons aussi quant on se gare sur le parking commercial de l’espace Bocaud... Les eaux reprennent les traces d’huile et partent dans la Mayre. Les cygnes des jardins de Bocaud ont trépassé par ce type de pollution.



Thierry Ruf

Les Verts

Jacou






Editoriaux_mensuels_2010.html
Editoriaux
2010Editoriaux_mensuels_2010.html